mardi 17 octobre 2017

Fête des possibles : encore réussie !

Vraiment une réussite, cette journée de la fête des possibles hier, de l'avis de tous:

Françoise, responsable du secours populaire était vraiment heureuse de voir se concrétiser un vieux rêve.

Les membres ou sympathisants de Dialogues à Gauche présents, co-organisateurs de cette journée, ayant donné de leur temps ce jour-là et en amont, ayant aussi bien mouillé la chemise pour certains étant donné les températures estivales bienveillantes, sont repartis satisfaits:

Outre la météo si clémente, quel bonheur de voir l'entrain et le sourire sur les lèvres des bénévoles et bénéficiaires du secours populaire qui avaient ici l'occasion de montrer ce qu'ils savaient faire (je pense à cette jeune femme, réfugiée, tellement heureuse de pouvoir nous montrer ses talents de couturière, son  métier, ou à ce monsieur qui passait d'un atelier à l'autre, toujours prêt à se rendre utile )

Les enfants n'étaient pas en reste, ravis à la fin de la journée, de nous montrer ce qu'ils avaient fait avec feuilles, marrons, brindilles,... ramassés sur place, grâce à l'aide de Christopher.

Le jardin est nickel, bientôt prêt à recevoir enfin des plantations qui devraient réjouir les bénéficiaires du secours populaire.

Le débat qui a réuni une bonne vingtaine de personnes, a été d'une grande richesse, notamment grâce à l'intervention de Françoise, la responsable du secours populaire, à celle de Mélanie qui nous a parlé des difficultés rencontrées dans son exploitation où elle élève des volailles, à la présence de représentants des 2 AMAP de Romo et de Sologne Nature et Environnement.

A la fin de la journée, tous se quittaient à regrets, semblant heureux d'avoir fait de belles rencontres...

Chantal pour Dialogues à gauche

demain mercredi prochain café citoyen


jeudi 5 octobre 2017

Conseil municipal éclair ce jeudi 5 octobre


Qui pensait à un chant du cygne ?
        Le 24 Septembre le Sénateur-Maire a perdu la première partie de son titre, mais ce 5 Octobre il a retrouvé la totalité de sa rémunération de Maire, environ 4000€ mensuels bruts, qui avait été écrêtée pendant la période sénatoriale. A cela devait s'ajouter vers 18h, l’indemnité de président de communauté de communes, elle aussi retrouvée dans sa plénitude. Mais je n'ai pas assisté à ce deuxième acte. 
    Aucun membre de l'équipe de Louis de Redon ne siégeait au conseil municipal soit 0 sur 4. Aucune question. Le tout réglé en 10 minutes. A 17 h 30, horaire en décalage avec la vie active de la plupart, il y eut un seul membre de Dialogues à gauche avec 4 personnes en tout dans le public : l'ancien conseiller présent, avec plus à dire que les élus actuels, la situation pourrait presque faire rire, si ces histoires d'argent n'étaient pas si indécentes.

Retour sur le conseil communautaire du 22 septembre



    Deux membres de dialogues à gauche dans le public, soit 25% des présents. Donc seulement 8 citoyens de la communauté de communes pour entendre parler des affaires qui concernent tout le monde. En effet, au fil des ans, toutes les compétences des communes sont transférées à la communauté de communes, par exemple récemment la compétence gemapi : gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations. Qu'en disent les élus ? Qu'en savent les citoyens ?

    Ajoutons à cela une sonorisation de la salle de l’hôtel de ville qui ne permet d'entendre qu'une phrase sur deux, d'un élu sur trois, les autres étant inaudibles... Ajoutons encore le refus de la pédagogie érigé en mode de gouvernance, avec l'emploi de sigles en enfilade, sans presque aucune explication de rien sur le fond.

    Reste le chantage étatique exercé à l'air macroniste : en effet le pôle juridique des services de l’État a remis en cause la dotation de fonctionnement bonifiée de 82000€, au prétexte de la non intégration de la compétence "plan local d'urbanisme" dans les compétences de la communauté de communes. Du même coup il fallait en intégrer une autre pour montrer de la bonne volonté et récupérer les sous. Ce fut "développement et aménagement sportif de l'espace communautaire". Quelle tambouille !

    Face à cela, les compte-rendus que nous faisons, le plus clairs possibles, contenant analyses et explicitations des contenus représentent de façon concrète ce que notre association voudrait pour la démocratie. L'opposition, elle, qui ne s'oppose guère en ce moment à la majorité municipale, se contente de promettre pour l'avenir, drapant avec art de belles promesses autour d'actions vagues. La démocratie qui brille d'un petit côté pour garder ses facettes ternes pour tout le reste, c'est cela la politique en blazer ou nœud papillon.

samedi 23 septembre 2017

Conseil municipal du 15 septembre


Remarques générales (analyse de Dialogues à gauche) : ambiance politique très particulière, la droite centriste de Redon est très structurée, se présente comme forte politiquement et compétente, implantée.  Dans la salle un groupe de soutien est là, et appuie les prises de parole. L’équipe municipale semble tenir compte de leur présence. D’ailleurs, Lorgeoux s’adresse avec sympathie à Redon, et accepte des concessions dans son propos pour lui complaire.
En revanche la droite plus à droite, celle d’Hermsdorf, qui se fait appeler cette fois Bachelier, de son nom d’épouse, est visiblement dénigrée. Quoique le tour de serrage de mains et de sourire ait semblé le même que celui de l’autre droite  avant le conseil, les deux-trois prises de paroles sont bien plus maladroitement construites et surtout, dénigrées comme de l’amateurisme par le Maire. Il y a les gentils et les méchants aux yeux de Lorgeoux, c’est clair.
On sent nettement le jeu d’influences avant les élections sénatoriales, car désormais Lorgeoux et Redon courent tous les deux pour En Marche – exit le PS. Au conseil, Redon se pose sur l’échiquier pour obtenir sa dose de légitimité politique en contrepartie du soutien à Lorgeoux. La ligne de séparation entre majorité et opposition devient floue. Mais alors, si Lorgeoux est élu après-demain, qui sera son remplaçant ?
 
Les débats au conseil (selon l’ordre du jour) :
Une seule membre de DàG pour suivre, et un peu patraque...

1- Le schéma d’aménagement durable du territoire :
Il se représente des subventions très importantes sur des domaines particuliers accordées par la Région. Les collectivités territoriales présentent les projets qui rentrent dans les cases de la politique décidées par la Région pour les faire financer, au moins en partie.  L’argent est donc l’enjeu de ce point, et Lorgeoux est tout content d’annoncer que, grâce à son travail et à celui de T. André (élue à la Région), il a pu obtenir plusieurs millions d’euros rien que pour Romorantin.
Commentaire de Dialogues à gauche : encore une fois, il aime montrer que Romorantin ne serait rien sans lui, et son réseau, et que la vraie politique se fait dans les copinages et les antichambres. Dommage que ce soit justement ce dont tout le monde ait ras le bol !
Le Maire présente les différents domaines qui définissent la politique régionale en direction de notre territoire (le pays de la vallée du Cher, le Romorantinais et le Monestois) : développement de l’emploi, mieux être social, maillage urbain et rural, rénovation urbaine, projet « à vos idées ». Sur une question de M. de Redon, à propos des difficultés connues par les agriculteurs, on s’aperçoit tout de même que le champ d’action du politicien local n’est pas bien grand : l’agriculture est décidée au niveau de la Région, les aides sont très encadrées par la PAC (et donc l’Europe) et qu’au niveau local, on fait ce qu’on peut pour aller le plus loin que le permettent les règles et aider les agriculteurs, mais qu’on ne peut pas grand-chose. Lorgeoux travaille à la Communauté de Communes avec le Maire de Billy pour construire une façon de permettre la transmission des propriétés tout en ne lésant pas les agriculteurs partant à la retraite. Suggestion de Dialogues à gauche : Et en créant un marché public municipal s’approvisionnant localement, en bio si possible ? N’est-ce pas aussi inciter les agriculteurs à s’installer et les consommateurs à mieux penser à comment ils se nourrissent ?
On apprend donc que l’enveloppe de plus de 3 millions a été obtenue pour les Favignolles : on parle clairement du nouveau centre commercial, de l’extension de la crèche, de l’aménagement urbain et paysager (Dialogues à gauche espère que l’idée de jardins partagés sera mise en œuvre et ne restera pas parole morte). Aircos et Caillau, qui voient leur lieu de production évoluer ne sont pas oubliés. Ensuite, plus d’un million sera donné pour améliorer l’isolation thermique des logements aux Favignolles, et rénover la porte des Béliers (que d’argent gaspillé sur ce point, rappelons-nous la vente à une société étrange, le rachat par la Mairie payant l’étude inutile, pour finalement envisager d’en abattre une partie en même temps que le projet de bar lounge dans la chaufferie tombait aux oubliettes !).  http://www.lanouvellerepublique.fr/Contenus/Articles/2013/11/06/La-porte-des-Beliers-rachetee-par-la-Ville-1677281 D’ailleurs, le sujet agace le Maire, comme il l’a montré sur un échange discret entre Redon et lui, la critique ne tenant qu’à un adverbe, mais relevé par l’édile. On se surveille, mais on intervient discrètement quand on est dans l’opposition « constructive » ;
On ajoute à ça un programme qui dépasse 2022, celui du PRU (programme de rénovation urbaine) aux Favignolles pour plus de 2.5 millions. Le quartier qui concentre le plus d’habitat social d la ville est donc présent à tous les chapitres de ce budget. Lorgeoux donne les moyens à la municipalité, autant qu’il peut, d’aller dans le sens de ce qu’elle a mis en œuvre – sans consulter encore les habitants autrement quand dans un conseil citoyen de pure forme, rappelons-le, et ce, malgré le travail récent sur le PLU.

2. Aircos : Lorgeoux pose des garanties pour justifier de la location-vente sur 140 mois à Aicos du bâtiment d’extension dont l’entreprise a besoin. Depuis 1968, l’entreprise a su honorer tous ses engagements financiers quand la ville l’a aidé. Redon demande que la conseil municipal fasse une sortie sur place pour se rendre compte – ah la politique de terrain !

3. Transferts de charge depuis la ville vers la Communauté de communes :
Il s’agit d’avaliser ce qui a été décidé au niveau de la Communauté de communes, et la décision concerne Romorantin, mais aussi Gièvres et Mur-de-Sologne, dont les zones d’activités relèves désormais du niveau communautaire.
Les autres domaines transférés sont la collecte des déchets et la zone pour les gens du voyage. Aucun commentaire d’ordre politique de quiconque. Les nôtres auraient eu trait à notre conceptions du service public : facilité de l’accès à l’école pour les enfants du voyage, garantie des droits humains fondamentaux et localisation de ces aires, et pour les déchets, outre la dimension écologique qui doit être travaillé sur le fond, la gestion par régie municipale, plus économique, efficace et pérenne demande une discussion bien en amont. Mais qui ne correspond assurément pas au libéralisme « bon ton » du Conseil municipal.

4. Un nouveau parking en centre-ville, rue du Lys (rue qui part de l’ancienne école de musique).
Les questions posées au dernier conseil par les deux oppositions permettent que certains éclaircissements soient apportés. Sur 3 mille mètres carrés, on est sur une hypothèse de 100 places, 2 mois de travaux, en espérant que les appels d’offre permettront tout de même que ce soit bouclé avant les fêtes, et ne pas gêner ainsi les commerçants. Occasion pour Hermsdorf de parler « sécurité », pour Redon d’avancer doucement le sujet des circulations douces, et pour Lorgeoux d’annoncer que la circulation et le stationnement seront revus au 1er janv. Chacun sa partition.
Petit échange pour savoir s’il serait judicieux de faire communiquer ce parking avec celui du centre médical avenue Lattre de Tassigny : avantage pour le centre médical ? simple bon sens ?  Lorgeoux, qui aime bien qu’on pense à lui et qu’on le fête, souhaiterait en tout cas une inauguration le 2 janvier, justement pour son anniversaire…  Vu qu’on ne sait pas encore si le parking sera payant ou pas, tout le monde a le droit de réfléchir de son côté s’il faudrait apporter un cadeau.

5. Des subventions exceptionnelles, notamment pour que des élèves du collège Vinci aillent au Sénat, invités par le Sénateur-Maire (!), ainsi que de quoi fêter l’anniversaire de la Matra 530 à la Pyramide et aussi un financement d’un voyage scolaire pour un enfant de Romorantin scolarisé à Neung.

6. Parmi les décisions budgétaires modificatives (à savoir les ajustements par rapport au budget proposé en début d’année), le financement d’un monument aux morts pour Xavier Jugelé. Précision apportée par le Maire : pour lui, mais aussi pour deux autres personnalités de la ville mortes dans leur fonction de protection, Jean Cruchet, qui a péri lors des violences urbaines en 1973, et Alphonse Robin, victime des Nazi en 1944, pour leur avoir résisté.
Réflexion sur cette annonce, aux détours d’une ligne budgétaire : On reconnait la logique de l’histoire de France construite par ses monuments aux morts, on cherche à donner un sens grandiose aux événements récents, en même temps qu’on essaie de digérer l’histoire locale, une tentative qui mériterait d’être plus collective. On peut saluer la volonté, on regrette la méthode : quand est-ce que l’histoire ne sera plus confisquée par la logique des grands hommes ?

7. En question diverses, Louis de Redon déplore que son association Ensemble pour Romo n’ait pu avoir sa place au forum des associations. 
Analyse : Ce fut une occasion pour Lorgeoux de bien préciser ce que représente la politique, pour lui, une affaire sérieuse, qui ne doit pas se confondre avec les loisirs. Le clivage est dommage, car c’est aussi une façon d’exclure les citoyens et leur vie ordinaire des échanges et de la construction des idées. Mais le forum des associations n’est sans doute pas le lieu pour faire émerger ces idées nouvelles : ouvrons, participons, invitons les opposants à toutes les initiatives de débats, n’ayons pas peur de défendre des idées, apprenons à écouter les uns et les autres, bref, faisons naitre des agora là où elles éclosent. On vous attends, membres d’Ensemble pour Romo !

A. Stedransky, pour Dialogues à Gauche




dimanche 27 août 2017

invitations paysannes pour le week-end prochain !


 Le week-end prochain, la terre est à l'honneur, version paysans et paysannes d'hier et de maintenant, selon les goûts :

Berdigne Berdogne, la fameuse fête de l'Union pour la culture populaire en Sologne, avec son ambiance incroyable, ses chants à tue tête pour couvrir les animaux bavards et tout ce qu'on aime de la vie en Sologne.




Nous relayons aussi cette invitation d'Anne Robert : 
Bonjour à tous et toutes,
La FETE de l’AGRICULTURE PAYSANNE
le 03 septembre 2017 au Gault-du-Perche
La FETE de l’AGRICULTURE PAYSANNE, pourquoi il faut venir :


La Fête Paysanne est un moment privilégié de rencontres entre paysans, acteurs du monde rural et citoyens, autour de thématiques qui nous rapprochent : l’agriculture, l’environnement, l’alimentation. Au sein d’une ferme, nous invitons la population à nous retrouver pour une journée festive et conviviale ! 


En 2017, le rendez-vous sera chez Jean-Luc et Danièle Merillon (élevage de vaches laitières) le dimanche 03 septembre de 10h à 18h.

Nous vous invitons à venir découvrir cet élevage, les modes de productions choisis sur cette ferme mais aussi son patrimoine humain, historique et écologique. Nous voulons faire de cette journée un moment riche en rencontres, riches en regards multiples, en rires et plaisirs.

Le midi vous pourrez vous restaurez avec des produits locaux et, à la buvette, des rafraîchissements vous seront proposés tout au long de la journée . Enfin vous pourrez vous échapper le temps d'un spectacle (création sur mesure) qui viendra vous mettre les sens en éveil, sans oublier les grives musiciennes qui seront aussi au rendez-vous !!

ALORS NOTEZ BIEN, LE 03 SEPTEMBRE : TOUS PERCHÉS AU GAULT !




--
Anne Robert
Animatrice ADDEAR 41
Animatrice Confédération Paysanne du Loir-et-Cher
87A Route de Château-Renault  41000 Blois
tel: 02.54.56.00.71 http://www.agriculturepaysanne.org/addear41

lundi 21 août 2017

Fête des possibles à Romorantin : mise en place

Pour préparer la fête des possibles/journée de la transition citoyenne, nous vous proposons de se voir le lundi 4 septembre à 19 h 30, à la ferme de Mélanie Guibert, qui se trouve dans la direction de Selle s/ Cher, après les matériaux de construction Chausson, c'est-à-dire en face de la sortie du parking de Super U.
Idée de base : 
mettre en place un jardin participatif sur le site du Secours Populaire (Bourgeau).
Programme de cette première réunion : 

- fixer la date de la manifestation : le samedi 30 septembre est à confirmer.
- se mettre d'accord sur l'idée générale et comment on la met en place concrètement
- répartition de ce qu'il y a à faire, dont la communication, comment on fait connaitre cette journée