mercredi 4 avril 2018

Compte-rendu du conseil municipal du 29 mars : Budget

Un petit compte-rendu du conseil municipal de jeudi dernier:
Il a au lieu de 19h à 20h45.
Nous étions 2 de Dialogues à gauche dans le public, la salle étant pleine. 
Essentiellement des amis de M. de Redon, mais aussi des amis de M. le Maire. La preuve qu'ils sont tous 2 déjà à fond sur l'objectif 2020 et se considèrent déjà comme les seuls protagonistes pour les prochaines municipales ! A méditer...
Rien de nouveau sous le soleil des bourgeois au pouvoir...
Sujet principal : le budget. Suite aux explications données par M. le Maire,  M. de Redon a présenté un amendement (inédit! ) qui revient en fait à un contre-projet de budget qu'il a pu exposer. S'en sont suivis des échanges verbaux entre eux 2, chacun démontant les arguments de l'autre. 
Au final pourtant, coup de théâtre, M. de Redon estimant que malgré tout il se retrouvait dans certains financements de projets proposés par M. Lorgeoux, il décide avec ses conseillers de .... simplement s'abstenir pour le vote du budget !!! Tout ça pour ça… Pas de vote contre !
Remarque: les 3 anciens co-listiers de M. de Redon menés par Isabelle Hermsdorf  se sont également abstenus pour le budget et l'amendement.
Cela donnait vraiment l'impression qu'il n'y a dans le fond pas de différence majeure entre les 2 projets, et que ces querelles de chiffres étaient plus pour la forme et dans un but électoraliste.
On notera également que tous 2 semblent se retrouver aussi sur un point: ils ne disent mot sur la baisse de subventions de fonctionnement de l’État qui handicape grandement les budgets des communes et empêche toute réelle ambition…
La politique qu’ils mènent et qu’ils soutiennent  (les trois droites) est donc toujours la même  : libéralisation de l’économie et casse des services publics.
A noter: lorsqu'Yvon Chéry était conseiller municipal, il n'avait pas présenté d'amendement, mais il avait toujours eu à cœur d'argumenter ses choix de vote du budget, quel qu'ils soient, et le vote avait toujours été discuté auparavant entre nous et était en pleine corrélation avec l'argumentation.


 
Pour les chiffres du conseil, je vous renvoie à l'article de la NR du samedi 31 mars que nous avons copié ci-après :

Publié le  31/03/2018 à 04:56 | Mis à jour le  31/03/2018 à 14:20
Après un débat d’orientation budgétaire animé il y a quinze jours, Jeanny Lorgeoux et Louis de Redon avaient fourbi leurs armes, jeudi soir, pour le vote.
Un amendement inédit Dans son fauteuil de maire, Jeanny Lorgeoux tient ferme sur sa proposition de budget : « Un plan de réduction de dépenses de fonctionnement et un recours à l’emprunt pour tenir un programme d’action volontariste qui a été perturbé à cause de l’inondation de 2016. » Il met en avant « un faible niveau d’endettement de la Ville qui passera à la fin de l’année à 719 € par an par habitant et je rappelle que la moyenne de la strate nationale est de 954 euros. »
« Je ne condamne pas les 3 millions sur la voirie, ce que je dénonce c’est la politique des à-coups, il faut lisser les opérations », déplore de son côté Louis de Redon avant de dérouler ses propres chiffres qui compenseraient « le manque d’investissement », tout en étant « à l’équilibre », juge-t-il. Parmi ses principaux griefs, « les charges de personnel ont explosé pour atteindre le chiffre astronomique de 65 % du budget de fonctionnement », dénonce le conseiller d’opposition qui prône un recours à la dette réduit de moitié, une réduction de la masse salariale, « un triplement des frais de formation en faveur des agents municipaux » ou encore des travaux d’isolation à la patinoire.
Une cascade de chiffres « Quasiment un contre-budget », lui répond Jeanny Lorgeoux, qui conteste la majorité des chiffres. Sur les recettes réelles de fonctionnement (– 2,96 %) et d’investissement (– 7,03 %), « il faut comparer ce qui est comparable », tance le maire qui rappelle qu’1,5 million de recettes exceptionnelles de remboursement d’assurance a été perçu en 2017 pour les inondations. A l’arrivée, le taux réel « n’est donc que de 0,88 %. »
Au bout d’une heure de débat, Didier Guénin se lance à son tour dans la bataille. « Ce que vous nous proposez c’est un budget à + 22 % en réalité », lance le premier adjoint au vice-président du Département. « C’est de la poudre aux yeux, vous aviez décidé de voter contre avant même d’avoir le budget », enfonce le clou Jeanny Lorgeoux avant de procéder au vote. S’il dit « regretter » de « ne pas avoir été entendu » dans ses « inquiétudes », Louis de Redon souligne malgré tout le « financement de projets qui nous sont chers.  » Son groupe ne vote donc pas contre le budget, mais s’abstient, le reste du conseil vote d’une seule voix pour ce budget municipal. " class="ng-scope" style="box-sizing: border-box; -webkit-font-smoothing: antialiased; outline: none !important;">
De mémoire de maire – dont 33 ans aux affaires, rappelle Jeanny Lorgeoux – c’est une grande première. Un amendement budgétaire a été déposé, jeudi soir, au moment de voter les budgets primitifs 2018. Le second acte d’une pièce démarrée il y a une quinzaine de jours lors du débat d’orientation budgétaire (lire la NR du 14 mars) inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal de Romorantin. Après être montés au créneau sur l’emprunt de 3 millions d’euros et l’état de la voirie, Louis de Redon et son groupe avaient cette fois rédigé six pages de texte pour « proposer une évolution de budget contenant l’endettement de la commune par une réduction des frais de fonctionnement, un étalement des investissements à venir et une augmentation de la capacité d’autofinancement. »
Le coup d’envoi d’une bataille rangée de chiffres entre le maire et le conseiller d’opposition municipale du centre et de la droite, qui ont débattu pendant plus d’une heure sur fond de campagne municipale déjà engagée.
Un amendement inédit Dans son fauteuil de maire, Jeanny Lorgeoux tient ferme sur sa proposition de budget : « Un plan de réduction de dépenses de fonctionnement et un recours à l’emprunt pour tenir un programme d’action volontariste qui a été perturbé à cause de l’inondation de 2016. » Il met en avant « un faible niveau d’endettement de la Ville qui passera à la fin de l’année à 719 € par an par habitant et je rappelle que la moyenne de la strate nationale est de 954 euros. »
« Je ne condamne pas les 3 millions sur la voirie, ce que je dénonce c’est la politique des à-coups, il faut lisser les opérations », déplore de son côté Louis de Redon avant de dérouler ses propres chiffres qui compenseraient « le manque d’investissement », tout en étant « à l’équilibre », juge-t-il. Parmi ses principaux griefs, « les charges de personnel ont explosé pour atteindre le chiffre astronomique de 65 % du budget de fonctionnement », dénonce le conseiller d’opposition qui prône un recours à la dette réduit de moitié, une réduction de la masse salariale, « un triplement des frais de formation en faveur des agents municipaux » ou encore des travaux d’isolation à la patinoire.
Une cascade de chiffres « Quasiment un contre-budget », lui répond Jeanny Lorgeoux, qui conteste la majorité des chiffres. Sur les recettes réelles de fonctionnement (– 2,96 %) et d’investissement (– 7,03 %), « il faut comparer ce qui est comparable », tance le maire qui rappelle qu’1,5 million de recettes exceptionnelles de remboursement d’assurance a été perçu en 2017 pour les inondations. A l’arrivée, le taux réel « n’est donc que de 0,88 %. »
Au bout d’une heure de débat, Didier Guénin se lance à son tour dans la bataille. « Ce que vous nous proposez c’est un budget à + 22 % en réalité », lance le premier adjoint au vice-président du Département. « C’est de la poudre aux yeux, vous aviez décidé de voter contre avant même d’avoir le budget », enfonce le clou Jeanny Lorgeoux avant de procéder au vote. S’il dit « regretter » de « ne pas avoir été entendu » dans ses « inquiétudes », Louis de Redon souligne malgré tout le « financement de projets qui nous sont chers.  » Son groupe ne vote donc pas contre le budget, mais s’abstient, le reste du conseil vote d’une seule voix pour ce budget municipal."
 

mardi 6 mars 2018

Mobilisation et rendez-vous citoyens en Mars



8 mars : droit des femmes / ciné-débat
La journée internationale des Femmes : Rendez-vous Jeudi 8 mars à 18h à l'auditorium de la Fabrique (Romorantin) pour la projection de Paula de Christian Schwochow.

15 mars : retraites + Ehpad / manif-grève
Tous les retraités dans la rue, avec les salariés des EHPAD
Jeudi 15 Mars 2018. A 15H00 devant la Préfecture de Blois.
Covoiturage depuis Romorantin (nous contacter)

16 mars : hôpital de Bois / rassemblement
En participant à un rassemblement sur une heure de grève devant le porche d’entrée de l’hôpital de BLOIS le VENDREDI 16 MARS 2018 de 13H à 14H30 avant la tenue d’un comité technique d’établissement extraordinaire sur le devenir de la maternité.
Covoiturage depuis Romorantin (nous contacter)

22 mars : fonction publique + SNCF / manif-grève  + Café citoyen Palestine
- Grève nationale des fonctionnaires
- Manifestation nationale des cheminots SNCF
- Café citoyen « La Palestine : quel avenir ? » avec Stéphane Jomaa, et les bénévoles de l'association France Palestine de Lyon, autour du Film "Enfances volées" qu'ils ont produit - au café restaurant le Saint-Jean (Bourgeau, Romorantin) 20 h

29 mars : la santé dans la région / rassemblement
Soutenez la manifestation du JEUDI 29 MARS 2018 devant la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie à Saint JEAN LE BLANC (45) qui votera le Plan Régional Santé 2.
Covoiturage depuis Romorantin (nous contacter)





jeudi 2 novembre 2017

Réunions de travail en novembre

Les réunions prochaines auront lieu au centre administratif, comme d'habitude (place de la Paix, celle de monoprix)

- réunion de l'association pour poser les enjeux de notre assemblée générale et continuer la réflexion sur les buts que notre association se donne. >> le mardi 21 novembre à 20 h.

- construction du programme de cafés citoyens 2018, et possibilité de les faire inscrire dans l'agenda municipal si c'est décidé avant le 20 novembre. >> jeudi 16 novembre, à 20 h (on ne peut pas plus tôt en raison d'un rassemblement, voir ci-après).
 
 

Lors de la réunion contre le FN, proposition de rassemblement à l'occasion du mouvement social du jeudi 16 novembre à 17h 30, devant la fabrique Normant. 
 
Objectifs : rattacher la mémoire ouvrière du lieu au combat social + mettre en avant un programme de propositions sociales qui montre où est l'intérêt des classes populaires et classes moyennes (combattre le FN sur le fond).
Un tract commun sera rédigé lors de la réunion du samedi 4 novembre 9 h 30, au centre administratif, pour ceux qui sont disponibles. 
😃N'hésitez pas à donner aussi votre avis en commentaire ou en nous contactant.😊

mardi 17 octobre 2017

Fête des possibles : encore réussie !

Vraiment une réussite, cette journée de la fête des possibles hier, de l'avis de tous:

Françoise, responsable du secours populaire était vraiment heureuse de voir se concrétiser un vieux rêve.

Les membres ou sympathisants de Dialogues à Gauche présents, co-organisateurs de cette journée, ayant donné de leur temps ce jour-là et en amont, ayant aussi bien mouillé la chemise pour certains étant donné les températures estivales bienveillantes, sont repartis satisfaits:

Outre la météo si clémente, quel bonheur de voir l'entrain et le sourire sur les lèvres des bénévoles et bénéficiaires du secours populaire qui avaient ici l'occasion de montrer ce qu'ils savaient faire (je pense à cette jeune femme, réfugiée, tellement heureuse de pouvoir nous montrer ses talents de couturière, son  métier, ou à ce monsieur qui passait d'un atelier à l'autre, toujours prêt à se rendre utile )

Les enfants n'étaient pas en reste, ravis à la fin de la journée, de nous montrer ce qu'ils avaient fait avec feuilles, marrons, brindilles,... ramassés sur place, grâce à l'aide de Christopher.

Le jardin est nickel, bientôt prêt à recevoir enfin des plantations qui devraient réjouir les bénéficiaires du secours populaire.

Le débat qui a réuni une bonne vingtaine de personnes, a été d'une grande richesse, notamment grâce à l'intervention de Françoise, la responsable du secours populaire, à celle de Mélanie qui nous a parlé des difficultés rencontrées dans son exploitation où elle élève des volailles, à la présence de représentants des 2 AMAP de Romo et de Sologne Nature et Environnement.

A la fin de la journée, tous se quittaient à regrets, semblant heureux d'avoir fait de belles rencontres...

Chantal pour Dialogues à gauche

demain mercredi prochain café citoyen


jeudi 5 octobre 2017

Conseil municipal éclair ce jeudi 5 octobre


Qui pensait à un chant du cygne ?
        Le 24 Septembre le Sénateur-Maire a perdu la première partie de son titre, mais ce 5 Octobre il a retrouvé la totalité de sa rémunération de Maire, environ 4000€ mensuels bruts, qui avait été écrêtée pendant la période sénatoriale. A cela devait s'ajouter vers 18h, l’indemnité de président de communauté de communes, elle aussi retrouvée dans sa plénitude. Mais je n'ai pas assisté à ce deuxième acte. 
    Aucun membre de l'équipe de Louis de Redon ne siégeait au conseil municipal soit 0 sur 4. Aucune question. Le tout réglé en 10 minutes. A 17 h 30, horaire en décalage avec la vie active de la plupart, il y eut un seul membre de Dialogues à gauche avec 4 personnes en tout dans le public : l'ancien conseiller présent, avec plus à dire que les élus actuels, la situation pourrait presque faire rire, si ces histoires d'argent n'étaient pas si indécentes.